Meeting and Eating

Today, I met my boss and tutor, Ms Yang, for the first time. She is the head of both the French Teachers Association and the Department of French at Tamkang uni, & will be supervising my work. I really wanted that first encounter to go smoothly. But the Tamkang campus is so big and still unfamiliar to me that I got lost and arrived late. So much for trying to make a good impression…
Nevertheless, Ms Yang was comprehensive and even apologized for not having thought of setting a meeting place easier for me to find. Then, she took me to a nice Chinese restaurant where she introduced me to some delicious dishes. I was so stuffed at the end of the meal that I didn’t even need to have dinner that day. I had a wonderful moment!
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Aujourd’hui, j’avais rendez-vous pour la première fois ma tutrice, Mme Julia Yang. J’étais anxieuse de faire bonne impression et de commencer l’année du bon pied, mais c’était sans compter sur mon sens de l’orientation encore un peu déphasé… Je me suis perdue dans l’immense campus, ce qui m’a mise en retard. Pour la bonne première impression, il va falloir repasser. Pourtant, Mme Yang a été très compréhensive et s’est même excusée de ne pas avoir pensé à définir un point de rendez-vous plus facile à atteindre.

Elle m’a ensuite gaiement emmenée dans un restaurant chinois assez chic pas très loin de la fac, où elle m’a fait goûter à trois plats excellents (Dans ce genre de restaurant, on commande plusieurs plats en même temps, qu’on partage ensuite.) La conversation était animée, et je pense que le courant est bien passé. J’ai encore du mal à la tutoyer comme elle me l’a demandé, mais ça va venir ! En tout cas, cette première rencontre, qui avait pourtant a priori mal commencé, n’augure que du bon pour la suite.

20120901-005546.jpg

The pretty chic dining room. | La salle du restaurant. Plutôt classe, non ?

20120901-005659.jpg川東五花 (chuān dōng wǔ huā)

This dish was on every other tables. | Apparemment, ce plat était le plus populaire du restaurant, beaucoup d’autres tables en avaient commandé un bol.

20120901-005711.jpg客家心炒 (kè jiā xīn chǎo)

Tofu, crispy pork, calamari and celery sautéed in a slightly sweet sauce. This dish is said to be inspired by Hakka cooking. The Hakka are the island’s main minority community. Reminds me of my thesis.| Tofu, porc croustillant, calamar et céleri sauté dans une sauce légèrement sucrée. Un plat qu’on dit typiquement Hakka (la communauté minoritaire principale et ancestrale de l’île. Hm, ça me rappelle mon mémoire.)

20120901-005723.jpg

The soup, once in my own bowl. Soybean sprouts, onion, chives, and really thin slices of pork and pork fat.| La soupe une fois dans mon petit bol. Du soja, de l’oignon, de la ciboule, et de fine tranches de porc dans un bouillon légèrement acidulé et épicé.
20120901-005735.jpg

I could only finish half of that bowl of rice. I rather concentrated on eating the dishes than the rice! | Je n’ai pas pu finir ce bol de riz. Après tout, il y avait des choses plus intéressantes à manger sur la table.20120901-005750.jpg

20120901-005804.jpg炒空心菜 (chǎo kōng xīn cài)

Leafy greens! The first picture depicts a tradition that Ms Yang explained to me: Usually, when eating shared dishes with chopsticks, everyone just uses their own chopsticks to take food from the dishes in the center of the table. But traditionally, Taiwanese people order another pair of chopsticks that will be used exclusively for picking up food and putting it on the plates before eating it. It is probably more sanitary that way.| Des légumes ! Sur la première image, les baguettes que l’on voit ne servent pas à manger, mais à déposer la nourriture du plat commun vers les petites assiettes dont chacun dispose. Car autrement, quand on partage des plats, les baguettes qu’on met dans sa bouche vont dans le plat commun. J’imagine qu’une paire de baguettes en plus rend les choses plus hygiéniques. Mme Yang m’a expliqué que c’était une tradition taïwanaise.

20120901-005815.jpg

Dessert time, on the house! It looks like poached eggs, but it’s actually a cream with mango sauce on top. It was really refreshing and not too sweet, which I like. | Le dessert, offert par la maison ! On dirait des oeufs pochés, mais c’est en fait une crème aux oeufs avec un coulis de mangue. C’était sucré juste ce qu’il faut, parfait pour une fin de repas rafraîchissante.

Advertisements

What Am I Doing Here? | Mais qu’est-ce que je fais là ?

In case some of you wonder, I thought it’d be good to go back to why I actually moved to Taiwan.

I’m supposed to major in Foreign Languages (English & Mandarin), with a minor in Intercultural Communication. Last year, I realized that the Mandarin classes I was attending were not enough for me to attain a satisfactory level in Mandarin (read: I don’t believe one can say they speak Mandarin if they cannot sustain a basic conversation in the language. And I was not comfortable enough to do so, so I was clearly not going to write that I could speak Mandarin on my resume, which sucks considering that I spent four years studying it). I was looking for a way to dramatically improve my Mandarin skills when I stumbled upon a poster in the hall of my university that said: “Would you like to become a French assistant abroad? Contact us!”. I saw it once, twice, maybe three times before i decided to write down the address they provided. A few minutes on the Internet later, I knew that: 1/ The program was legit: it was ran by a governmental agency; 2/ There was a program for Taiwan; 3/ It was basically a paid internship.

I collected all the info I needed, filled out the form, updated my resume, wrote two cover letters including one in Mandarin, asked my dear teacher Mrs Su to proof-read it, and finally applied. Of all the students studying Chinese, I was the only one who applied. It is a national program though, so it didn’t mean I would be accepted automatically. There were approximately 15 positions available.

A few months later, I finally got a reply from the organization and… I was in! (big suspense, huh?)

I got affected to Danshui University, which is located north of Taipei. This was exactly what I wanted: the position in Danshui was not only about teaching French, it was also about managing the cultural activities of the French Teachers Association of Taiwan. I will be working 15 hours a week, more or less, which will leave me plenty of time for sightseeing and learning Mandarin. This internship is a dream come true, because I will get paid enough to cover all of my expenses. A year abroad for free, all in all.

So there it is! Now you know why I decided to move to the other side of the planet, and why I subject myself to the draining summer humidity of Taiwan. I know I’m going to love it here, though.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Avant d’aller plus loin dans mon exploration de Taiwan, il faudrait tout de même que je revienne sur les raisons de ma présence ici. L’année dernière, j’étais assez préoccupée; je m’étais rendu compte que j’allais bientôt être diplômée en chinois, mais que mon niveau n’était vraiment pas suffisant pour pouvoir porter un tel titre. Pour moi, être diplômé en chinois, c’est pouvoir prétendre parler la langue couramment, ce qui est loin d’être mon cas. Ce n’est malheureusement pas avec ce qu’on apprend en classe que j’aurais pu arriver à un niveau courant…

Alors que je réfléchissais à un moyen de progresser plus vite, je suis tombée sur une affiche comme celle à droite :

À force de passer devant à l’université, j’ai fini par m’y attarder. Après quelques minutes passées sur le site mentionné par l’affiche, je savais que :

1/ C’était une offre sérieuse;

2/ Il y avait des postes pour Taïwan;

3/ C’était un stage rémunéré.

Ce genre d’expérience, c’était exactement ce qu’il me fallait. Car le problème, dans ma filière, c’est qu’il est difficile de mettre un pied dans la porte; on reproche souvent aux étudiants de langues étrangères appliquées de toucher à tout sans savoir vraiment rien faire. Chaque stage, chaque expérience professionnelle est alors un sésame précieux pour pouvoir définir un peu mieux son chemin. Et dans mon cas, cela me paraissait parfait : cela me donnerait l’occasion d’être en immersion dans un pays dont je veux apprendre la langue, tout en acquérant une expérience professionnelle.

Alors, un remplissage fastidieux de dossier et quelques mois plus tard, j’étais lancée ! Me voilà “embauchée” en tant qu’assistante à l’université de Danshui. La cerise sur le gâteau, c’est qu’en plus d’avoir une mission d’assistanat, je serai en charge des activités culturelles de l’association des professeurs de français de Taïwan, pile dans une branche qui m’intéresse. Et je serai payée, ce qui veut dire que je pourrais couvrir toutes mes dépenses là-bas, même mon loyer. Et on m’avait appris qu’on ne pouvait pas avoir le beurre et l’argent du beurre…

Je commencerai à travailler très bientôt, plus ou moins 15h par semaine selon la période, ce qui me laissera du temps pour apprendre le mandarin et faire du tourisme. Je suis comblée !

Si par hasard quelqu’un aurait envie de s’inscrire à ce programme, voici le lien où trouver toutes les infos nécessaires : http://www.ciep.fr/assistantfr/

Vegetables! | Des légumes !

Food culture in Taiwan is huge, and a really important part of daily life. I can tell by the way people rush to the night markets and side streets, even on weekdays, to get delicacies. However, the first few days, everything seemed so intimidating… including food. So I would eat very little. Veeeeery little. Maybe 500 kcals/day, when I usually eat three times that amount. And something was missing from my diet… VEGETABLES. I loooove vegetables. Especially leafy greens. Spinach, lettuce, dark leafy greens of all kinds (side note: I also love broccoli). And I knew Chinese & Taiwanese cuisine has amazing, simple sautéed green veggies that I was so eager to try. So with my new friend Nicolette, we decided that it was time for a change. With all the walking that we do, we needed more than just a bao a day. We bit the bullet tonight and went to a tiny buffet that I had spotted the day before. I’m so glad we did. Check out the pics below.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

S’il y a une chose qu’on prend au sérieux à Taïwan, c’est bien la nourriture. Il n’y a qu’à voir le nombre de gens qui, même en semaine, se promènent entre les restaurants et les stands de nourriture le soir pour s’en rendre compte. Le problème, c’est que les premiers jours, ça a été très difficile pour moi de me plonger dedans ! Tout paraissait si impressionnant, si différent. Du coup, je me contentais de très peu. J’ai calculé : 500 kcals/jour en moyenne, soit trois fois moins que ce que je devrais manger. Il était tant que ça change. En plus, quelque chose me manquait… LES LÉGUMES. Maman pourra en attester, j’ai un nouvel amour pour les légumes. Surtout les brocolis, les épinards et la salade. Il me fallait des légumes et de quoi me sustenter. Ma nouvelle amie Nicolette et moi avions besoin d’un changement de régime, surtout vu les kilomètres de marche qu’on s’avale chaque jour. Alors, ce soir, on a finalement osé entrer dans un resto et manger… UN VRAI REPAS. ET DES LÉGUMES.

On est entré dans un petit resto composé d’un buffet à l’avant, et de tables et chaises à l’arrière. On prend un plateau ou une boîte, selon que l’on veut manger à l’intérieur ou prendre à emporter. Le buffet est composé d’une quinzaine de plats : légumes, algues, poulet, porc, poisson, en sauce, frit ou grillé. Un grand cuiseur de riz est à disposition. On remplit sa boîte, on l’apporte au comptoir et une dame s’occupe de calculer le coût du tout. Je vous laisse deviner combien ça m’a coûté d’après les photos !

The restaurant is on Yingzhuang Road, one of the streets closest to Danshui Station. | Le restaurant est situé sur la rue Yingzhuang, une des rues les plus proches de la station de métro de Danshui.

;

What’s hiding in that cute box? | Qu’est-ce qui se cache dans cette boîte toute mignonne ?

A whole meal! A lot of leafy greens (some I couldn’t identify), onion, a fried pork cutlet, a sausage and a whole fish, fried. | Tadaaaa ! Plein de légumes verts (chou, épinard, bok choy, et un que je n’ai pas pu identifier mais qui était très bon), un peu de viande sautée avec de l’oignon, une fine tranche de porc frite et un petit poisson entier, frit, ainsi qu’une petite saucisse. Équilibré, mon repas ?

The fish’s disguise is not exactly on point… | Le poisson est facile à identifier…

20120830-234549.jpgFish eggs? That was NOT on the menu. Oh well… why not. I even ate the head. | Par contre la poche d’oeufs, c’était pas au menu ! Oh et puis pourquoi pas… j’ai tout mangé ! Même la tête.

Alors, combien pour ce repas délicieux ?

NT$95, soit 2,40€ ! Pas mal, non ? En tout, ce jour-là, je n’ai dépensé que 4,30€ pour la nourriture et la boisson (une grande bouteille d’eau et un smoothie). C’est aussi ça, Taïwan !

Je suis vivante !

Dans le tourbillon des premiers jours, je n’ai pas eu une minute à moi pour donner signe de vie ! Pourtant, j’en ai, des choses à raconter… Ce billet sera simple, et pour cause : j’écris depuis mon téléphone !

Je suis arrivée à Taipei mardi 28 août, vers 6h du matin, après un vol de 13 heures que j’aurais mieux fait de passer à dormir qu’à regarder les films que j’avais manqué ces derniers mois. Mais de toute façon, je ne suis pas sûre que quelques heures de sommeil en plus dans une position inconfortable m’auraient vraiment plus aidée à attaquer la journée. Qu’on soit en forme ou fatigué, être parachuté en terrain hostile n’est jamais une sinécure. Heureusement, le hall des arrivées de l’aéroport de Taipei n’était pas très grand, et j’ai pu trouver mes marques rapidement. Après avoir retiré un peu de sous au distributeur automatique, j’ai attendu tranquillement que le comptoir de téléphonie ouvre pour que je puisse acheter une carte SIM et retrouver l’usage de mon téléphone. Que serais-je sans ma connexion 3G illimité !

Ensuite, direction la navette. NT$125 plus tard (environ 3€), bien assise dans le bus climatisé, pendant que le chauffeur slalome entre les voies pour dépasser les camions, je commence à réaliser que pour l’année à venir, tout sera pareil, mais pourtant différent. Je suis bien sur une route comme il y en a partout, mais les paysages qui défilent devant mes yeux, je n’en ai jamais vu de pareils. Encastrée entre deux montagnes vertes, la route finit par me mener au tumulte de la ville. Une métropole comme je n’en ai jamais vu. J’ai vu Tokyo, Pékin, Paris, New York, Londres, mais Taipei est vraiment unique. Bientôt, je me sentirai chez moi, ici. Mais j’espère quand même au fond de moi que cette excitation des premiers jours et cette pression que seule la découverte provoque resteront vivaces.

20120830-105220.jpg

Le métro de Taipei mérite qu’on s’y attarde.

20120830-105428.jpg

Bien au frais dans le salon de mon auberge de jeunesse, Star Hostel. Je ne suis pas mécontente de mon choix.

20120830-105604.jpg

Vue de la fenêtre de mon dortoir sur une cour, en plein centre de Taipei. Le contraste entre extérieur et intérieur est parfois impressionnant. Imaginez que juste à quelques pas, de l’autre côté, il y a des boutiques de luxe.

20120830-110032.jpg

Première pluie à Danshui, la ville dans laquelle je vais passer le plus clair de mon temps cette année. Il paraît que c’est l’endroit de l’île où il pleut le plus au printemps, je ferais mieux de m’habituer…

20120830-110051.jpg

L’université se trouve en haut d’une colline, que dis-je, d’une montagne. Pour y accéder à pied, on doit emprunter ces escaliers abrupts. Par cette chaleur ?! Hmm, je crois que je vais prendre le bus…

20120830-110104.jpg
La faune montre le bout de son nez (ou, dans ce cas, de ses antennes) ! C’est le plus gros escargot que j’aie jamais vu. Sa coquille était très jolie, et il profitait de l’humidité d’après la pluie pour faire un petit tour.

20120830-110122.jpg

La végétation de l’île n’a vraiment rien à voir avec celle de chez nous.

20120830-110202.jpgVue sur le fleuve Danshui, qui a donné son nom à la ville.